3

TCWNN Logo F-02 (2).png

ADAPTATION AU CLIMAT ET RÉSILIENCE

Urban Garden
Capture d’écran 2022-04-23 à 20.09.21.png

PRINCIPE 3 : ADAPTATION AU CLIMAT ET RÉSILIENCE

LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT !  EST RÉSILIENTE, À FAIBLE ÉMISSION DE CARBONE ET S'ADAPTE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE.

  1. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! vise à atteindre un niveau d'émissions nettes nul d'ici à 2050 et à limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de 40 à 50 % d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 2010, en vue d'atteindre la neutralité carbone totale et une économie mondiale sans combustibles fossiles d'ici au milieu du siècle. Elle réduit les émissions des bâtiments, encourage la modernisation et veille à ce que les nouvelles constructions urbaines soient exemptes de combustibles fossiles. Elle adopte des technologies et des approches abordables et robustes à faible émission de carbone, ainsi que des stratégies de conception urbaine efficaces et adaptées aux conditions locales, qui réduisent au minimum l'empreinte carbone des villes. Elle prévoit et fournit des infrastructures ainsi que des incitations pour que les industries prospèrent dans une économie circulaire et mettent en œuvre des modèles de conception, de production et de consommation durables.

  2. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! est résiliente. Elle développe des stratégies pour faire face aux tensions actuelles et aux chocs futurs sur ses systèmes et infrastructures sociaux, économiques et techniques. Elle renforce les capacités des parties prenantes locales, des communautés et des systèmes de gouvernance à évaluer les risques, les pertes et les dommages, et à apprendre comment s'adapter et se préparer efficacement aux catastrophes liées au climat. Elle agit pour prévenir de tels événements dans la mesure du possible et protéger les populations à risque. Elle reconnaît qu'elle n'est résiliente que si ses populations les plus vulnérables et marginalisées le sont aussi, et fait tout son possible pour assurer leur leur qualité de vie à long terme.

  3. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! est régénératrice. Elle restaure et renouvelle l'énergie, l'eau, les systèmes alimentaires, les terres, l'air et les écosystèmes. Elle est économe en énergie et en ressources, à faible émission de carbone et dépend de plus en plus des sources d'énergie renouvelables. Elle reconstitue les ressources qu'elle consomme et recycle et réutilise les déchets. Elle gère l'eau, le foncier et l'énergie de manière coordonnée et en créant une harmonie entre ses territoires. Elle soutient la restauration des écosystèmes et les systèmes alimentaires urbains et régionaux, y compris la production alimentaire urbaine et périurbaine ainsi que l'agriculture communautaire. Elle est dotée d'infrastructures multifonctionnelles et adaptables qui soutiennent la biodiversité locale tout en offrant des espaces publics qui améliorent la qualité de vie.

  4. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! prospère grâce à la nature et la culture. Elle reconnaît les capacités et les limites des systèmes naturels, et valorise la biodiversité et les services écosystémiques pour le rôle qu'ils jouent sur la santé, la protection de l'environnement, l'esthétique et la qualité de vie. Elle intègre et promeut le patrimoine culturel, les savoir-faire et techniques autochtones et traditionnelles, ainsi que des solutions communautaires, dans la planification et les stratégies d'atténuation et d'adaptation au changement climatique.

  5. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! ne laisse personne de côté. Parce que le changement climatique est un multiplicateur de pauvreté, elle place les groupes pauvres et marginalisés au cœur des plans, stratégies et actions climatiques. Elle protège les personnes les plus à risque en prévenant, préparant et répondant aux événements climatiques extrêmes, fournissant des ressources suffisantes aux membres les plus vulnérables d'une communauté avant, pendant et après les catastrophes liées au climat. Elle autonomise et fournit des outils vitaux aux communautés les plus vulnérables et les rend plus résilientes. Elle répond aux besoins des nouveaux migrants qui s'installent dans des nouveaux quartiers suite aux catastrophes climatiques.

  6. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! propose de nouvelles voies pour un mode de vie durable, la valorisation de la préservation et l'optimisation des ressources. Elle exploite des solutions efficaces pour garantir que l’usage de ressources non renouvelables soit minimisé et que les ressources renouvelables soient pleinement valorisées en améliorant la gestion des déchets, en générant une énergie propre et économe en ressources, en décarbonant le réseau électrique et en permettant une mobilité durable de nouvelle génération. Elle reconnaît les mécanismes traditionnels, permet le transfert de connaissances et de technologies et encourage les innovations dans la lutte contre le changement climatique.

  7. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT ! adopte un urbanisme résilient au climat, fixe des objectifs et des stratégies pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, s'engage dans des pratiques de surveillance et d'amélioration continue pour s'assurer que ses objectifs sont atteints et ajuster les stratégies si nécessaire. Elle promeut un urbanisme innovant et une mobilité durable. Elle utilise la planification spatiale et d'autres systèmes d'aide à la décision pour encourager la transversalité proactive et coordonnée de l'adaptation et l'atténuation des impacts climatiques. Elle met l'accent sur la préparation de cadres d'action pour un meilleur développement urbain intégré et résilient au climat, y compris une expansion massive des réseaux piétonniers et de transports dynamiques, la plantation d'arbres et de jardins et espaces verts dans les quartiers.

  8. LA VILLE QU’IL NOUS FAUT MAINTENANT !   établit des partenariats de collaboration et mobilise des ressources pour mettre en oeuvre des actions et des solutions climatiques. Elle place l'action climatique inclusive au centre de toutes les décisions urbaines, afin de créer des communautés prospères, durables et équitables. Elle met l'action locale au cœur des stratégies transformatrices et reconnaît les contributions de toutes les parties prenantes et leurs rôles en tant qu'acteurs du changement.

ACTIONS PRIORITAIRES

  1. Coordonner et mettre en oeuvre les actions climatiques prioritaires et inviter les organisations à reconnaître l'urgence climatique mondiale en les associant à des déclarations conjointes à des actions significatives axées sur des objectifs précis.

  2. Demander aux gouvernements de promulguer des lois et réglementations adéquates et efficaces et de faciliter la gestion urbaine des impacts climatiques, la réduction des risques, l'accès à la sécurité d'occupation, la fourniture d'infrastructures, de services de base et d'abris.

  3. Collaborer à une mise en œuvre urgente et s’engager dans des actions et des solutions climatiques innovantes.

  4. Rassembler des solutions et des innovations efficaces et replicables pour créer des villes plus vertes et durables afin de relever les défis du changement climatique.

  5. Engager les gouvernements nationaux et les autorités locales à créer des environnements propices qui incitent toutes les parties prenantes, y compris le secteur privé, à jouer leur rôle en manifestant une action climatique efficace.

  6. Plaider, collaborer, mobiliser des ressources et renforcer les capacités des parties prenantes pour mieux mettre en œuvre, développer et reproduire les solutions avec des boucles de rétroaction pour améliorer, affiner et partager en permanence des stratégies et des pratiques d'action climatique efficaces qui montrent le respect de tous les êtres vivants.